Atelier théâtre 2018


Quimper. Du lycée Brizeux à la scène, ils gravissent la marche

Pour leur atelier théâtre, les lycéens de Brizeux, à Quimper (Finistère) multiplient les répétitions en parallèle des examens. Le relâchement est autorisé à l’occasion de leurs représentations les 10 et 11 avril au Terrain blanc et à l’Athéna, à Ergué-Gabéric.

Qui prétend que les scientifiques n’apprécient pas les pièces de Molière ou de Racine ? À en juger la composition du groupe de l’atelier théâtre du lycée Brizeux, il semblerait que, sous la conduite d’Hélène Vilbois, professeure de physique, la rencontre de ces deux corps, prétendument étrangers, soit concluante.

Pour sa deuxième année d’existence, l’aventure théâtrale compte 17 élèves qui monteront sur les scènes du Terrain-Blanc, à Quimper, et de l’Athéna, à Ergué-Gabéric, les 10 et 11 avril. Mercredi midi, les dialogues sont lus et relus, sandwich en main. La professeure n’a que peu de temps à leur consacrer aujourd’hui mais « une autre répétition aura lieu la semaine prochaine, puis le samedi matin, la semaine d’après, et toute la journée du jour J ».

Coup de pouce pour l’oral

Pendant une heure et demie, ils se donneront la réplique dans Sept, une pièce écrite par l’enseignante de physique. Sept comme sept pêchés capitaux, comme un chiffre important « dans les sciences. Je l’ai choisi pour le côté rassurant », s’amuse la professeure, mordue de théâtre. Ce moment calé cahin-caha, entre tous les cours suivis par des élèves de différentes classes et filières, c’est sa « bouffée d’oxygène ».

Trouver les textes, écrire, mettre en scène ne rentre pas tout à fait dans son cahier des charges de professeure en blouse blanche. Pourtant, l’activité n’a, pour elle, rien d’incompatible. « On peut trouver ça étonnant mais dans un atelier de théâtre on ne demande pas le métier des gens. Le rapport humain va au-delà de la profession. »

Après avoir été la marraine de la première édition l’an passé, demandant aux élèves de se plonger dans le thème du théâtre dans le théâtre, Hélène Vilbois a potassé cette année dans Molière, Racine, Shakespeare ou encore de Paul Scarron, son inspiration. Quatre pêchés capitaux ont été trouvés dans leurs textes puis les trois autres ont été entièrement écrits.

Immédiatement appropriés par les jeunes acteurs qui en font choux gras. L’intermède théâtral du mercredi après-midi « leur sert d’outil ». La mémorisation des textes se glisse facilement entre les révisions de maths et de chimie pour Gwladys Kerbiquet, élève de première scientifique. « Pour les oraux, ça aide pas mal, reconnaît la jeune fille, aussi à l’aise à clamer ses textes qu’à exprimer la satisfaction qu’ils lui procurent. Cet atelier m’a aidée au niveau des gestes parasites, à avoir plus de précision dans la voix. »

Son amie, Chloé Carriou, élève en première ES, va même au-delà. Pour elle, le théâtre « a été l’occasion de prendre plus confiance en moi. Et puis, c’est un moyen de se retrouver entre amis hors du cadre scolaire ».

Article d’Anaïs DEMONT (Ouest-France – mars 2018)